Frontaliers

Rectification
fiscalité

Depuis le 1er janvier 2021 sont entrées en vigueur une panoplie de nouvelles lois concernant le statut de quasi-résident, l’introduction de la TOU (Taxe Ordinaire Ultérieure), mais également la rectification fiscale.

La fiscalité devient un casse-tête pour les travailleurs frontaliers et les possesseurs de permis de séjour B…

La rectification fiscale ne sera plus utilisée pour l’année fiscale 2021 pour faire valoir vos déductions fiscales, mais restera un moyen de contester le montant de vos impôts à la source prélevés mensuellement sur votre salaire. Ainsi, les travailleurs frontaliers, non-résidents peuvent récupérer une certaine somme chaque année en corrigeant le barème d’imposition.

Les quasi-résidents quant à eux peuvent justifier de déductions supplémentaires comme le 3ème pilier A, le rachat dans le 2ème pilier, les travaux de rénovations, etc., par exemple. Pour l’année fiscale 2021, les changements entrés en vigueur le 1er janvier 2022 ne sont pas pris en compte.

Chez UMAN, nous examinons en détail votre situation pour l’année en cours. 

Est-il pour vous plus avantageux de faire une rectification fiscale, de demander un statut de quasi-résident et faire une demande de TOU ?

UMAN répondra à vos questions en y apportant des solutions adaptées à vos besoins !