Skip to main content

Les Suisses sont les champions de l’épargne et économisent plus de 15% de leur revenu disponible, selon l’Office fédéral de la statistique. Selon une étude de moneyland.ch, 91% des Suisses placent leur argent dans un compte privé et 84% dans un compte d’épargne. Or, le compte d’épargne aujourd’hui ne rapporte plus rien, au contraire ; celui qui possède un compte épargne perd de l’argent.

 

Prenons l’exemple d’une personne qui possède 100’000 francs d’économies. Les intérêts bancaires lui rapportent aujourd’hui 0,1%, mais les frais bancaires lui en coûtent 0,1% en moyenne, selon la banque. Avec l’inflation actuelle, la perte de la valeur de l’argent représente 0,6%. Si l’on ajoute à cela l’impôt sur la fortune moyen en Suisse romande de 0,4%, on arrive à une perte de 1% par année. Sur 10 ans, cela représente donc environ une perte de 10’000 francs si rien n’est fait pour éviter cette érosion. Pour contrer ce faible rendement, de nombreux Suisses procèdent à des investissements dans des placements financiers… Vous comprendrez la démarche d’épargner est positive, mais stratégiquement peu ou pas intéressante.

 

Depuis quelques années, nous observons une appétence au risque de la nouvelle génération. Ce comportement est assez contraire au conservatisme helvétique qui préférait garder sa liquidité sous un matelas. Face à cette demande, une palette de produits leur est proposée par les banques et les assurances qui ne cessent de créer des nouveautés avec des taux d’intérêts toujours plus intéressants. 

Dans cette quête de rendement, les épargnants paient cher leurs erreurs, par manque d’information, en achetant des produits bien plus coûteux que nécessaire. En effet, la majorité des Suisses se tournent vers les produits de leurs banques, alors que ce ne sont pas forcément les meilleurs du marché, ni les plus adaptées à la personne. 

 

Une étude de VZ VermögensZentrum montre de nombreuses erreurs des investisseurs. En effet, l’analyse réalisée auprès de 15’575 investisseurs suisses, ayant fait 28’688 dépôts bancaires entre 2010 et 2019, montre que « la valeur moyenne de leur fortune est tombée de 1,15 millions de francs à 800 000 francs en dix ans ». La société VZ VermögensZentrum conclue que les épargnants sont mal guidés. Les clients achètent en général « des produits de la banque qui gère leur compte » et investissent « beaucoup trop dans des actions suisses ». 

 

UMAN est à votre disposition pour vous conseiller et vous aider à trouver le meilleur placement. En tant que professionnels, nous vous apporterons des solutions de placement adéquates à chaque situation.