Skip to main content

Chaque vendredi du mois de novembre, nous aborderons des aspects importants de la prévoyance professionnelle, aussi appelé troisième pilier. 

Historique : 

L’histoire de l’AVS n’a jamais été un fleuve tranquille. En 1947, les citoyens suisses acceptent la loi sur l’AVS & l’AI (la prévoyance étatique) et les retraités reçoivent pour la première fois une part de leur ancien salaire sous forme de rente. Par la suite, le deuxième pilier, autrement appelé prévoyance professionnelle (LPP), est organisé par les employeurs et rendu obligatoire en 1980.      

Avec ces deux piliers, la Constitution fédérale (la loi) prévoit que l’on perçoive 60% de notre revenu dès l’âge ordinaire de la retraite ou en cas d’invalidité par maladie. Cependant, aujourd’hui, ce pourcentage tend à diminuer au fil du temps. Pour combler cette lacune, l’État incite les épargnants en leurs accordant des avantages fiscaux au travers d’un troisième pilier ; la prévoyance privée.     

Deux types de troisièmes piliers : 3a et 3b. 

Le 3a est un troisième pilier dit « lié ». Que signifie donc le terme lié ? Légalement, il ne serait pas possible de récupérer un capital avant l’âge ordinaire de la retraite à l’exception des 6 cas suivants : 

  1. Investissement dans son propre logement (EPL)
    2. Création de sa propre entreprise
    3. Dans le cas d’une invalidité – AI 
    4. En quittant définitivement la Suisse (règles supplémentaires pour les pays européens) 
    5. Au plus tôt, 5 ans avant l’âge ordinaire de la retraite pour une anticipation
    6. En cas de décès pour la protection de la famille

Il existe d’innombrables utilisations possibles du 3ème pilier telles que pour l’amortissement d’un bien immobilier, le transfert dans une LPP, le nantissement, etc. 

Le 3b est un troisième pilier dit « libre ». En effet, nous sommes libres de son utilité et nous pouvons donc récupérer le capital actuel sans obligation légale.

Deux institutions – banque et assurance :


Deux institutions, toutes les deux aussi importantes et pertinentes, nous permettent de mettre en place un troisième pilier :  
1. La banque 
2. L’assurance         

Nous aborderons la semaine prochaine les différences et les avantages entre ces deux institutions.

Si vous souhaitez des informations supplémentaires à propos du troisième pilier privé, n’hésitez pas à contacter un de nos conseillers financiers !